mamographie

procédure

L’augmentation mammaire est pratiquée sous anesthésie générale. On utilise des implants remplis de solution saline ou de gel de silicone. Afin d’introduire l’implant, une incision est pratiquée soit dans la région de l’aisselle, soit sur le mamelon, soit dans le pli sous le sein. L’implant peut être placé devant ou sous le muscle pectoral (muscle de la poitrine). Les deux options ont leur lot d’inconvénients. Si vous prévoyez tomber enceinte, il est préférable d’attendre 2 ans après la chirurgie, sinon vous risquez de déformer l’aspect de vos seins remodelés. De plus, la présence d’implants peut ralentir la production de lait, voire même l’arrêter complètement. Sachez que l’augmentation mammaire n’est pas une opération permanente. Les implants ont une durée de vie limitée et mal connue : ils devront être remplacés lors d’une nouvelle intervention.

implantation devant le muscle pectoral

  • implants plus apparents et plus palpables
  • Risque accru de contraction capsulaire (formation d’une membrane fibreuse, dure et épaisse autour de l’implant)
  • implants moins visibles à la mammographie
  • À éviter si les tissus (peau, graisse, glandes) sont minces et affaiblis

implantation sous le muscle pectoral

  • Intervention chirurgicale plus longue
  • Convalescence plus longue
  • Douleurs postopératoires plus intenses
  • Interventions subséquentes plus difficiles

durée de l’intervention

De 1 à 1,5 heures.

L’augmentation mammaire est une chirurgie esthétique qui consiste à augmenter la taille des seins par la mise en place d’implants. La pose d’un implant mammaire ne corrige pas l’affaissement du sein. Dans ce cas, une intervention supplémentaire est nécessaire pour retendre la peau. Au Canada, seules les femmes de 22 ans et plus peuvent avoir recours à des implants en gel de silicone dans le cadre d’une augmentation mammaire esthétique.

risques spécifiques

La plupart des femmes portant des implants mammaires éprouveront des complications telles que douleur, déformation, infection grave ou une condition appelée contraction capsulaire.

En plus des complications et des effets secondaires liés à n’importe quelle intervention chirurgicale, l’augmentation mammaire comporte des risques particuliers.

  • Contour de l’implant apparent
  • Plissement inesthétique de la peau du sein
  • Vergetures
  • Asymétrie des seins
  • Déplacement de l’implant
  • Contraction capsulaire qui augmente le risque de rupture de l’implant
  • Chute prématurée des seins
  • Dépôt douloureux de calcium sur les tissus cicatriciels (calcification)
  • Rupture ou dégonflement de l’implant
  • Expulsion de l’implant
  • Glandes et graisse mammaires endommagées
  • Paralysie du bras
  • Affaissement du poumon (pneumothorax)
  • Déroulement complexe et lecture difficile d’une mammographie (prévenez la technicienne si vous portez des implants)

Votre convalescence peut durer jusqu’à 3 semaines.

  • Il faut attendre 3 jours après l’intervention avant de prendre une douche.
  • Le port d’un soutien-gorge de maintien ou d’une bande élastique, jour et nuit, est fortement recommandé pendant au moins 1 mois.
  • Les sports et exercices violents sont interdits pendant au moins 2 mois.
  • Des ecchymoses ainsi que des douleurs aux seins et aux aisselles peuvent persister pendant quelques semaines.
  • L’enflure peut prendre jusqu’à 1 an avant de disparaître.

De nombreux facteurs affectent le résultat final de votre augmentation mammaire. L’élasticité de votre peau, la taille et la forme originale de vos seins, la qualité de vos muscles pectoraux ainsi que votre âge − sans compter la compétence de votre spécialiste, peuvent modifier le résultat souhaité. L’apparence de votre poitrine remodelée et de vos cicatrices ne pourra être évaluée qu’après 6 à 12 mois.

Ces informations ne sont pas exhaustives et ne constituent pas un avis médical. Consultez votre spécialiste pour de plus amples informations.

Implants remplis de gel de silicone Style 410 INAMED

L’étude sur les implants Style 410 d’INAMED indique que le pourcentage de risques d’une quelconque complication à un moment ou à un autre au cours des trois ans suivant l’intervention chirurgicale mammaire est de 19,1 % chez les patientes ayant eu recours à une augmentation primaire, et de 29,4 % chez les patientes ayant subi une révision d’augmentation. Toutefois, la majorité des femmes étaient satisfaites de leurs implants. Les résultats indiquent également que le risque d’intervention chirurgicale additionnelle (réopération) au cours des trois premières années est de une sur huite chez les patientes ayant eu recours à une augmentation primaire (le retrait de l’implant étant le type le plus courant d’intervention additionnelle), et de une sur cinq chez les patientes ayant subi une révision d’augmentation (le retrait de l’implant étant le type le plus courant d’intervention additionnelle). L’information ci-après fournit plus de détails sur les complications et les avantages que vous pourriez constater. Consultez l'étude

questions à poser à votre praticien

Serait-il possible d'obtenir la brochure du fabricant afin que je puisse prendre connaissance des contre-indications, des mises en garde et complications liées au port d'implants mammaires ?

Quelle est la probabilité (%) qu'il y ait une infection post-opératoire ? Quels seront les gestes médicaux à poser? Est-ce que le risque d'infection future s'en retrouvera augmenté ?

En cas de complications nécessitant la reprise ou une nouvelle chirurgie, quels seront les frais directs et indirects que je devrai assumer ?

merci de nous aider à poursuivre notre mission

faites un don au Réseau Action santé femmes   devenez membre du Réseau Action santé femmes