Psychiatre : une autorité remise en question

L’autorité des spécialistes en psychiatrie est depuis longtemps remise en question. Dès 1973, les féministes ont critiqué l’inclusion du syndrome prémenstruel (SPM) dans la liste des troubles mentaux du DSM, la même année où, enfin, l’homosexualité en était retirée.

Les dernières controverses, dont celle concernant des millions de prescriptions d’antipsychotiques de nouvelle génération à des enfants, ont sérieusement terni l’image et la légitimité de la psychiatrie1. Pourtant, on prescrit de plus belle, et la population continue de devoir prendre des médicaments supplémentaires pour contrer les effets secondaires des médicaments psychotropes; c’est un véritable cercle vicieux. Pendant ce temps, les compagnies engrangent les profits, souvent sans aviser des risques sanitaires de ces médicaments, que ce soit une prise de poids ou des problèmes cardiaques, quand ce n’est pas la mort ou le suicide2.

Toute cette information suscite des questions au sujet de la place démesurée qu’occupe le médicament dans notre société. Prend-t-on en considération le fait que l’efficacité des médicaments elle-même est remise en question dans de nombreux cas? Les médicaments sont-ils la solution appropriée aux problèmes de notre société? En d’autres mots, peuvent-ils traiter la souffrance humaine, le manque de logement, la pauvreté…? Peuvent-ils remplacer les politiques de santé axées sur l’amélioration de la qualité de vie de la population? Peuvent-ils remplacer les actions gouvernementales visant l’amélioration de l’accès à des services de qualité en santé mentale?

En somme, on compte sur les organismes communautaires pour pallier les immenses lacunes de notre système politique et social.

  1. Des articles du New York Times rapportés sur le site Psychomédia font état de cette controverse : « Liens entre psychiatres et cies pharmaceutiques, l’exemple des antipsychotiques » (12 mai 2007); « Liens entre l’American Psychiatric Association et l’industrie pharmaceutique » (14 juillet 2008); « Révision du DSM-V (bible des diagnostics psychiatriques) : transparence réclamée » (28 décembre 2008).
  2. Voir ST-ONGE, J.-C. (2006). Les dérives de l’industrie de la santé : Petit abécédaire, Montréal, Éditions Écosociété, 238 p.

Votre avis ”

N'hésitez pas à nous faire part de vos commentaires, idées, témoignages. Votre courriel demeure confidentiel et ne sera pas affiché.

Réseau québécois d’action pour la santé des femmes

commander l’enquête

Santé mentale au Québec : Les organismes communautaires de femmes à la croisée des chemins

Santé mentale au Québec : Les organismes communautaires de femmes à la croisée des chemins, a été amorcée par le RQASF en 2010. 75 organismes communautaires intervenant directement auprès de femmes partout au Québec ont participé à cette enquête. En savoir plus

votre don a de l’impact