Une situation inquiétante

Les travailleuses des groupes membres du RQASF ont dressé un portrait détaillé des femmes qu’elles rencontrent sur le terrain. Selon elles, l’appauvrissement des participantes est de plus en plus perceptible. Les femmes vivent des problèmes de logement, d’insertion en emploi, d’isolement social. Elles subissent des violences dont personne n’est témoin et dont souvent elles ne parlent pas.

Cette dégradation des conditions de vie affecte leur santé. Lorsqu’elles ont besoin d’aide psychologique, elles ont de la difficulté à en trouver au sein du réseau de la santé et des services sociaux. Cela pousse un plus grand nombre d’entre elles à frapper aux portes des centres de femmes, des maisons d’hébergement et d’autres organismes communautaires.

Mais on constate également un manque de ressources en santé mentale et en hébergement dans la communauté. En conséquence, les femmes aux prises avec des problèmes de santé mentale ou avec des difficultés dont les causes sont sociales, économiques et politiques sont ballottées.

La discontinuité des services, les problèmes d’accès aux ressources et le recours quasi systématique aux médicaments sans un suivi adéquat prouvent que l’approche globale n’est pas appliquée dans le réseau de la santé.

Les solutions existent. Seule manque que la volonté politique pour les mettre en pratique.

Votre avis ”

N'hésitez pas à nous faire part de vos commentaires, idées, témoignages. Votre courriel demeure confidentiel et ne sera pas affiché.