Pauvreté et santé mentale

Les effets de la pauvreté sur la santé mentale des femmes comme des hommes ont été démontrés; c’est la pauvreté qui mine la santé mentale, non l’inverse1. Selon De Gaulejac, « il n’y a pas de détermination simple et univoque entre ces deux termes : on peut être pauvre et en bonne santé mentale, on peut être riche et en mauvaise santé mentale »2. Il existe néanmoins un lien entre la pauvreté et la détresse émotionnelle et il est certain que la pauvreté joue un rôle important dans l’augmentation et la persistance des problèmes de santé mentale dans la population3.

Dans un contexte d’accroissement des inégalités sociales, la précarité économique touche davantage les femmes4. Un bilan gouvernemental révèle qu’en 2007, au Québec, le revenu moyen des femmes était nettement inférieur à celui des hommes : il était de 28 299 $, leur revenu disponible étant de 24 244 $, c’est-à-dire respectivement 73,8 % et 78,4 % des revenus correspondants des hommes5. De plus, on y apprend que plus de femmes que d’hommes étaient rémunérées au taux du salaire minimum (5,8 % de la main-d’oeuvre féminine contre 3,5 % de la main-d’œuvre masculine)6.

La dégradation progressive des conditions de vie rime avec la détérioration de la santé des femmes. De nombreuses femmes, notamment, éprouvent des difficultés à se loger convenablement. La crise actuelle du logement atteint tout le Québec. La précarité du travail, les conditions d’emploi malsaines, les salaires insuffisants touchent également un nombre croissant de femmes. De plus, des recherches7 montrent clairement les effets nocifs des difficultés de conciliation entre le travail et la famille sur la santé mentale.

  1. ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ (OMS) (2004). Investir dans la santé mentale, Genève, OMS, 49 p. (PDF)
  2. DE GAULEJAC, V. (1994). « Postface : 3. Évaluation de Vincent de Gaulejac », ROBICHAUD, J.-B. et autres, COMITÉ DE LA SANTÉ MENTALE DU QUÉBEC (CSSMQ) (1994). Les liens entre la pauvreté et la santé mentale : de l’exclusion à l’équité, Boucherville, Gaëtan Morin, 247 p.
  3. RQASF (2001). Femmes et santé mentale : grille thématique, Montréal, RQASF, p. 1. (PDF)
  4. MORROW, M., and M. CHAPPELL (1999). Hearing Women’s Voices, Mental Health Care for Women, Vancouver, British Columbia Centre of Excellence for Women’s Health, 89 p.; REID, C. (2002). A Full Measure: Towards a Comprehensive Model for the Measurement of Women’s Health, Vancouver, British Columbia Centre of Excellence for Women’s Health, 35 p.; FRONT D’ACTION POPULAIRE EN RÉAMÉNAGEMENT URBAIN (2010). Femmes, logement et pauvreté, sortir du privé un enjeu de société, Montréal, FRAPRU, 15 p.
  5. SECRÉTARIAT À LA CONDITION FÉMININE (2010). L’égalité entre les femmes et les hommes au Québec : Faits saillants, Québec, Gouvernement du Québec, 44 p.p. 19.
  6. Ibid., p. 20.
  7. MESSING, K. (2000). « Les stresseurs émotionnels dans les emplois féminins », dans La santé des travailleuses : la science est-elle aveugle?, Montréal, Éditions du Remue-Ménage/Toulouse, Octarès éditions, p.159-188.

3 commentaires Ajouter un commentaire

  • Ce que vous oublié de mentionner, c’est que les femmes travaillent souvent à temps partiel par choix personnel, et c’est ce qui explique qu’elle gagne moins que les hommes. Cessez de les prendre pour des petites victimes innocentes.

    • Vous faites une crise de misogynie Pierre? (lol) Alors changez! Soyez compréhensif, voire féministe! On évolue sans cesse.Considérez que l’Hstoire démontre que les femmes ont toujours été considérées comme infèrieure à l’ homme, ce qui est faux et injuste. Alors un peu d’indulgence et de compassion. Merci Pierre. Bon week-end!

      • Je suis daccord avec Pierre

Votre avis ”

N'hésitez pas à nous faire part de vos commentaires, idées, témoignages. Votre courriel demeure confidentiel et ne sera pas affiché.

Réseau québécois d’action pour la santé des femmes

commander l’enquête

Santé mentale au Québec : Les organismes communautaires de femmes à la croisée des chemins

Santé mentale au Québec : Les organismes communautaires de femmes à la croisée des chemins, a été amorcée par le RQASF en 2010. 75 organismes communautaires intervenant directement auprès de femmes partout au Québec ont participé à cette enquête. En savoir plus

votre don a de l’impact