Détérioration des conditions de vie

Aucun commentaire    Rubrique : Les participantes
Étiquettes : ,

Certaines femmes vivent de plus en plus dans l’insécurité et la peur : la peur de manquer de nourriture, la peur de ne pas pouvoir payer les factures et acheter le minimum vital, la peur d’être expulsées de leur logement. Elles vivent de plus en plus d’isolement et subissent des abus de toutes sortes. Une travailleuse d’un CALACS affirme « [qu’on sent] les femmes plus vulnérables. La pauvreté, la violence et tous les autres problèmes sociaux affectent leur santé mentale. »

La pauvreté augmente

Selon la très grande majorité des organismes (79 %), la pauvreté est le principal problème social qui s’aggrave. Dans la liste des « facteurs de fragilisation de la santé mentale des participantes » suivent l’isolement social (71 % des organismes), l’endettement (70 % des organismes), les difficultés conjugales et la séparation (63 % des organismes), et l’insécurité alimentaire (63 % des organismes). Les problèmes de logement, de précarité d’emploi et d’insécurité financière touchent plus particulièrement les participantes des groupes. L’appauvrissement crée des conditions de vie extrêmes, ce qui pousse de plus en plus de femmes en détresse à frapper aux portes des organismes. Selon nous, la situation est liée à plusieurs facteurs dont les importantes compressions budgétaires dans les programmes sociaux des gouvernements au cours des 30 dernières années.

Des problèmes d’origine sociale tels que pauvreté, discriminations, violences, isolement social et inaccessibilité des soins et des services peuvent grandement éprouver la santé mentale d’une personne.

« L’augmentation du nombre de femmes qui sont aux prises avec des problèmes de santé mentale et qui viennent chez nous a d’abord été liée à la désinstitutionnalisation1 : les femmes nous étaient référées. Mais avec l’appauvrissement qui augmente, il y a plus de détresse chez les femmes, qui viennent demander de l’aide. »

  1. Réorganisation du système de soins, déshospitalisation des personnes diagnostiquées et non-institutionnalisation des personnes présentant des problèmes d’ordre psychiatrique.

Votre avis ”

N'hésitez pas à nous faire part de vos commentaires, idées, témoignages. Votre courriel demeure confidentiel et ne sera pas affiché.

Réseau québécois d’action pour la santé des femmes

commander l’enquête

Santé mentale au Québec : Les organismes communautaires de femmes à la croisée des chemins

Santé mentale au Québec : Les organismes communautaires de femmes à la croisée des chemins, a été amorcée par le RQASF en 2010. 75 organismes communautaires intervenant directement auprès de femmes partout au Québec ont participé à cette enquête. En savoir plus

votre don a de l’impact