Ça fait longtemps que la pub ne sert plus à faire vendre un produit ou un service. La pub sert à vendre du sens, dans le jargon, une expérience : expérience de bouffe, de détente, de conduite automobile, d’achat, de sensualité, de vie, name it. Expérience existentielle ? Spirituelle ? Pourquoi pas ? La pub ci-dessous est particulièrement éloquente.

Oubliez le produit : la teinture pour les cheveux (coloration capillaire) n’est qu’accessoire. Ce que vend le fabricant, sa promesse, c’est le bonheur, la confiance en soi, l’Illumination avec un grand « i », à ras bord. Suprême astuce ? Utiliser un handicap comme argument d’autorité pour convaincre la consommatrice. La fille est aveugle (c’est ce qu’on sous-entend). Hey ! Si ça marche pour elle, ça va marcher pour vous. Don’t you know, girls? Feeling is believing.

Un vrai trip d’acide.

Connaissez-vous la p-phénylènediamine (PPD) ?

Saviez-vous que la plupart des teintures pour les cheveux qu’on retrouve sur les tablettes contiennent de la p-phénylènediamine (PPD) ? La p-phénylènediamine est un colorant dérivé du goudron de houille. Le goudron de houille est un mélange de nombreux produits chimiques dérivés du pétrole. Les teintures les plus sombres ont tendance à en contenir plus que les teintures plus claires. La PPD est une substance très toxique et peut présenter un risque pour la santé si elle n’est pas utilisée correctement. D’ailleurs, au Canada, son utilisation est interdite dans les produits destinés à être appliqués sur la peau, et elle est autorisée uniquement dans les teintures capillaires, pourvu que celles-ci soient accompagnées d’un avertissement.

Plusieurs colorants dérivés du goudron de houille (« colorants d’aniline ») sont interdits par Santé Canada (consultez la Liste critique des ingrédients cosmétiques) et en vertu du Règlement sur les cosmétiques. Il a été recommandé que des dizaines de ces colorants, toujours largement utilisés dans les produits de beauté, soient évalués dans le cadre du Plan de gestion des produits chimiques du Canada.

L’Union européenne classe la p-phénylènediamine comme toxique (si elle entre en contact avec la peau, est inhalée, ou avalée). Elle est interdite dans tous les cosmétiques entrant en contact avec la peau.

Dans le même ordre d’idées

  • Le miroir à deux faces
    L’utilisation régulière de produits cosmétiques, colorants et autres produits capillaires, crèmes, parfums, voire même les déodorants, peut-elle être nocive pour la santé ? Il serait souhaitable de se poser la question plus souvent.
  • Enquête sur la face cachée des cosmétiques
    Chaque jour, les consommatrices s’aspergent, s’enduisent et s’imprègnent d’une quinzaine de produits cosmétiques différents. Pour être belles, pour se sentir bien dans leur peau. Ces produits sont-ils sans danger, ou risque-t-on… sa peau à chaque application de rouge à lèvres, de fond de teint, ou de crème hydratante ?
  • Action cancer du sein de Montréal : La face cachée des produits de beauté (PDF)
    Il est rare que nous pensions que les cosmétiques, comme le maquillage et le shampooing, soient des sources d’exposition à des substances toxiques pouvant accroître le risque de cancer du sein et de problèmes de santé. Des études ont démontré que certains ingrédients des cosmétiques peuvent être toxiques. (…) Ce dépliant renferme de l’information au sujet de la réglementation canadienne sur les cosmétiques et sur l’utilisation sécuritaire de ces produits. Il contient également des outils pratiques pour vous aider à faire des choix éclairés lorsque vous achetez des cosmétiques.