Publicité sexiste, normes de beauté, retour en force de stéréotypes éculés, représentation des femmes dans la pub et les médias en général… En vrac, quelques articles qui nous ont consternées, ou ont retenu notre attention ces dernières semaines.

Bonne lecture.

Publicité sexiste

Crédit photo : Flickr/jonathan mcintosh

  • La distance entre les mamelons, future norme de beauté ?
    Les organisateurs d’un concours de beauté en Chine ont suscité une fronde sur l’internet en raison de leurs critères de sélection des candidates, qui doivent par exemple avoir leurs mamelons distants d’au moins 20 centimètres.
  • Le retour du sexisme dans la publicité
    Texte sympathique d’un publicitaire sur la pub sexiste qui ressurgit, la représentation des femmes dans la publicité, notre pouvoir comme consommateurs, etc… Extrait : On espérait secrètement que la tendance porno chic de la fin des années 90 signifiait le chant du cygne du sexisme publicitaire. Que les débats sur la représentation des femmes dans la pub et les médias (cf. affaires des mannequins anorexiques ou des visuels retouchés sur Photoshop) auguraient de bonnes résolutions. Que l’idée selon laquelle le genre était une construction plutôt qu’une évidence se popularisait (cf. la vogue de la beauté androgyne dans les années 00), dans les salles de classes et de conseil. Depuis quelques mois, les démons du sexisme refont périodiquement leur apparition en pub.
  • Alcool : une campagne pub sexiste
    Dans la catégorie « Le moins qu’on puisse dire » : De l’alcool versé sur des poitrines féminines avant d’être mis en bouteille. Une initiative aux relents sexistes.
  • La nudité produit de la norme
    Entrevue intéressante avec Arnaud Baubérot, historien, qui relativise la notion naturel-artificiel, notamment autour des prothèses mammaires et des réactions que leur popularité suscite. Il y a des femmes pour qui des seins à prothèses sont l’expression d’un désir masculin, et l’on sait que cette norme esthétique vient de la pornographie. Selon [leur point de vue], les femmes à prothèses mammaires se soumettent donc à des exigences masculines de domination; elles renoncent à être elles-mêmes pour accepter de devenir objet du désir sexuel des hommes. […] Enfin, du point de vue des femmes qui portent des prothèses, il ne s’agit sûrement pas d’un rapport de domination. Elles considèrent au contraire que la séduction implique une concurrence et elles veulent pouvoir la tenir. Pour elles, il ne s’agit pas de se soumettre mais d’avoir prise sur son destin.
  • Un groupe de femmes dénonce les costumes d’Halloween trop sexy
    Après avoir arpenté les magasins de costumes avec mes enfants, je peux témoigner dans le même sens que l’article ci-dessous !

Enfin, dans la catégorie « Rien à envier aux années 60 et 70 » :

On pensait avoir tout vu ? Faut croire que non.

Dans le même ordre d’idées, sur ce site