Saviez-vous que les personnes, surtout de femmes, qui recourent aux PSMA n’ont souvent même pas besoin de perdre du poids?

Produits, services, moyens amaigrissants (PSMA)

Produits, services, moyens amaigrissants (PSMA) : l’imposture persiste

Le but une fois encore est de correspondre à un idéal de beauté créé par les industries de la beauté et de l’amaigrissement et par la promotion de la minceur dans les magazines et les publicités. Des motifs qui n’ont aucun rapport avec la santé, mais qui peuvent s’avérer nuisibles, en plus de ne pas produire les résultats souhaités.

Adopter collectivement une approche globale de la problématique du poids pourrait nous ouvrir à une diversité de pratiques, beaucoup de plaisir et une meilleure santé!

En bref

L’Association pour la santé publique du Québec (ASPQ) arrive aux mêmes constats que l’Institut national de la santé publique du Québec (INSPQ, 2008), soit que l’efficacité et l’innocuité des PSMA ne sont pas démontrées. De plus, en résumé, elle rappelle que :

  • 85 % à 95 % des individus reprennent le poids perdu dans les 5 années suivant une tentative de perte de poids
  • Les PSMA sont risqués pour la santé, et mêmes mortels en raison de leurs interactions avec les médicaments
  • Insister sur la perte de poids est inefficace et peut être dommageable pour la santé
  • Selon le nouveau paradigme « la santé à tous les poids », nous devons arrêter toutes ces diètes et régimes pour s’engager dans des changements plus globaux et durables de nos habitudes de vie. (p. 6)

Le pavé dans la mare

Selon une récente étude parue dans le Lancet, le personnel professionnel de la santé est mal préparé pour traiter l’obésité et le surpoids. Les médecins conseillent à leurs patientes / patients de viser la perte de poids : ce n’est rien de moins qu’une erreur stratégique. Ce message est par surcroît abondamment repris dans les médias et les publicités. Or, la prévalence de l’obésité ne fléchit pas, rappelle l’ASPQ. L’injonction de perdre du poids, ce n’est pas la bonne stratégie pour améliorer la santé, ni même pour améliorer le taux d’obésité. « La littérature scientifique et les experts du domaine de l’obésité sont unanimes : seule une modification majeure des habitudes de vie permet d’améliorer la santé et de stabiliser le poids. » (p. 5) Ce qui exige… du temps, des efforts et d’accepter que les résultats se fassent sentir de façon graduelle (p. 5). De plus, « la plupart des maladies chroniques reliées à l’obésité peuvent être traitées efficacement en faisant abstraction du poids » (p. 5).

Un nouveau paradigme émerge de toutes ces études : « la santé à tous les poids ».

La perte de poids en question

Dans sa nouvelle étude, l’Association pour la santé publique du Québec* (ASPQ) constate un contexte toujours aussi favorable à l’utilisation souvent dangereuse de Produits, services et moyens amaigrissants (PSMA) au Québec :

  • un réel problème d’embonpoint et d’obésité parmi la population
  • un véritable culte de la minceur, doublée d’une stigmatisation et discrimination de l’obésité
  • notre propension à vouloir tout, tout de suite, et vite : parfait pour vendre des produits et services dont les résultats seraient presque… magiques.

*L’ASPQ poursuit les travaux de l’Institut national de la santé publique du Québec (INSPQ, 2008) avec cet état des lieux 2008-2014 sur les différents PSMA disponibles sur le marché québécois. L’ASPQ analyse :

  • Trois catégories de produits : produits de santé naturels et médicaments sans ordonnance (ex. : coupe-faim, brûleur de graisse); substituts de repas et produits alimentaires (boissons, barre-tendre…); timbres, crèmes vaporisateurs, enveloppements (ex. : Patch Minceur…)
  • Trois catégories de services : programmes de perte de poids (ex. Weight Watchers); Centre commercial de perte de poids (ex. : Centre santé minceur); Régimes (Atkins, Shapiro)
  • Quatre catégories de moyens : appareils et dispositifs (ex. : électrostimulation); méthodes alternatives (ex. : hypsose, acupuncture…); approches diététiques (ex. : jeûne total, restriction alimentaire…); chirurgie (ex. : bariatrique, esthétique)