Cure minceur, cure maigreur : l'obsession qui fluctue

L’histoire de la pub est instructive à plus d’un titre. Elle nous rappelle notamment que les impératifs de beauté se transforment au fil du temps. Elle nous rappelle aussi que la Beauté avec un grand B est un produit manufacturé, comme le miroir en face duquel les consommatrices sont quotidiennement invitées (sic), souvent au prix de leur santé, à correspondre à l’image préfabriquée qu’on leur propose. Plus grande? Plus petite? Plus mince? Moins mince? Ça dépend des modes, ça dépend des époques. Ça fluctue, comme le poids.

Il n’y a pas si longtemps, dix livres en moins, et c’était le célibat mur à mur, voire la chasteté absolue, tous deux garantis à vie. Du moins, si l’on se fiait à la publicité. L’enjeu n’était pas de trouver la nième méthode permettant de perdre du poids. Au contraire. Il s’agissait de comprendre pourquoi, mais pourquoi donc n’en prenait-on pas plus? Mode de vie? Conditions de travail? Manque de sommeil? Diète? Digestion? Élimination? Alouette!

À une époque célébrant l’ultra-minceur/maigreur, difficile d’imaginer un produit destiné aux femmes, et dont le slogan serait… Get Fat. Et pourtant. Témoignage cliente :

FAT-TEN-U FOODS increased my weight 39 pounds, gave me new womanly vigor and developed me finely. My two sisters also use FAT-TEN-U and because of our newly found vigor we have taken up Grecian dancing and have roles in all local productions.

– Source : Stephan Guyenet

Get fat on Lorings Fat-ten-u and corpula foods

Get Fat on Lorings Fat-Ten-U and Corpula Foods (ca 1895)

Crédit : Library of Congress