Abdominoplastie, brachioplastie, carboxythérapie, dermabrasion, mésolift, nymphoplastie… La médecine esthétique est un fourre-tout où, sous des appellations rocambolesques, se cachent techniques d’intervention et produits/services les plus farfelus (et souvent dangereux) les uns que les autres. Tout ça pour séduire une clientèle (majoritairement féminine, évidemment) bombardée/matraquée par la dictature de l’image et ses clichés inusables. Résultat : véritable Far West, le marché de la beauté ne s’est jamais si bien porté, et sans que personne ne se soucie de la protection des patientes/clientes. Injections de toxine botulique (Botox) ? Peeling chimique ? À vos risques et périls. Si vous intentez un recours en dommages et intérêts, vous aurez la lourde tâche de prouver l’existence d’une faute, d’un préjudice (corporel, moral, matériel) et d’un lien direct et immédiat entre les deux. Bonne chance.

Vous êtes insatisfaite de votre apparence ? Vous considérez la décision de subir une intervention esthétique ? Le livre noir de l’esthétique est un livre dont on ne saurait trop recommander la lecture. Quels sont les risques ? Qui sont les victimes ? En quoi consistent les interventions ? Les auteurs ont mené une enquête aussi détaillée que rigoureuse. Si leur enquête décortique le marché français et son envers du décor, les mêmes ratés et le même affairisme se retrouvent au Québec, à cette différence près qu’ici, rien n’est documenté. Le saviez-vous ? Au Québec, il n’existe aucune donnée fiable sur les interventions esthétiques, leurs risques et leur évolution. À la suite du décès de la femme d’affaires Micheline Charest dans une clinique de chirurgie esthétique, le coroner Jacques Ramsay a dénoncé le flou juridique entourant la pratique de la chirurgie privée. C’était en 2004. Rien n’a changé.

Ce livre salutaire entend lutter contre la désinformation des patients en leur rappelant tout ce qu’ils doivent savoir avant de pousser la porte des cabinets médicaux.

À lire !

Dans le même ordre d’idées

Signe des temps, le Réseau québécois d’action pour la santé des femmes (RQASF) reçoit beaucoup de demandes de renseignements concernant le Botox, cette substance (la toxine botulique A) utilisée pour réduire la contraction des muscles du visage entraînant la formation des sillons faciaux et des rides. Ces demandes de renseignements sont en croissance au point d’avoir provoqué une réunion de travail où s’élabore un projet de capsule vidéo consacrée aux différents aspects de cette intervention.

  • Intervention esthétique : acte médical à risques
    Subir une chirurgie esthétique n’est pas une simple visite au salon de beauté : il s’agit d’un acte médical. Comme tout acte médical, il comporte son lot de risques pour la santé. Les connaissez-vous ?
  • Chirurgie esthétique : la quête d’une beauté… stéréotypée
    En cette époque où la science nous permet de croire que tout est possible, jusqu’où les femmes sont-elles prêtes à aller ? Que recherchent-elles ?
  • Une intervention esthétique, c’est pas banal !
    En vous soumettant à une intervention esthétique, vous contribuez à grands frais à soutenir une norme de beauté irréaliste, imposée par la mode et les médias. Or, cette norme change avec les innovations technologiques et les aléas de la mode. Plus vous avancerez en âge, plus cette norme vous condamnera à multiplier les interventions afin d’avoir l’air plus mince, plus jeune, plus sexy…