Au fil du temps, le corps féminin s’est façonné en fonction des injonctions de canons de beautés aussi contraignants que farfelus, aussi changeants que carrément dangereux pour la santé des femmes. Qu’on pense à l’anorexie.

Corps féminin, corps socialement acceptable

L’histoire du corps féminin en Occident, c’est l’histoire d’un corps socialement acceptable

Vêtements et accessoires, alimentation et pratiques alimentaires (régimes), sport et plus généralement activité physique, interventions esthétiques et bio-ingénierie, à chaque époque les femmes ont agi sur leur corps, l’ont travaillé sans relâche et sans compter pour en faire un corps socialement acceptable.

De nos jours, la combinaison de toutes ces pratiques via une gestion intensive du corps féminin est largement acceptée et monnaie courante. Voilà qui en dit long sur le type de société dans laquelle nous vivons : correspondre à tout prix aux standards de beauté est une preuve de réussite sociale et de richesse… et un motif de discrimination et d’exclusion sociale pour celles qui ne se conforment pas, ou ne peuvent pas se conformer.